Eroca Nicols ::: 7 août - 14 août

image0.png
image1.png
image2.png
image3.png

Une oasis aqueuse peuplée de femmes, iels et de chouchous non binaires qui font ce qui leurs donne la joie. Danser, se coller, flotter. Rêvasser. Se déplacer à la vitesse de la terre. Se reposer à la vitesse des roches. Sans vergogne, être la joie. Faire exactement ce qui les fait vibrer. Être fabuleux, se sentir bien. Certain.es solitaires et occupé.es avec leurs propres affaires, d'autres invitent le jeu et l'engagement. Je suis invité.e à être avec ma propre joie dans un espace où le désir et le soin sont centrés et respectés. Cela peut-il être réel ? Quel est ce lieu ? Les membres du public peuvent-ils être invités à vivre une expérience profonde d'altération du temps et d'écoute corporelle ? Sommes-nous en dehors du temps colonial suprématiste blanc cis ou sommes-nous dans un autre temps parallèle ? Une autre compréhension ? Bienvenue au Theytriarchy.

Eroca Nicols est actuellement connu-e comme artiste de danse/chorégraphe/enseignant-e/soutien spirituel, mais sa pratique multiple découle de sa famille de caravanier-es nomades semi-mystiques, de ses années de travail comme concierge et d’un Baccalauréat en art vidéo/performance et sculpture du California College of the Arts (anciennement, ‘and Crafts’). L’enseignement, la performance et la formation qu’ils dispensent sont profondément influencés par l’étude continue de la chorégraphie, des rituels, du soin de la communauté / des perturbations et du jiu-jitsu brésilien.

En dehors des périodes de pandémie, iel enseigne et se produit dans le monde entier dans le cadre de divers festivals et institutions, notamment ImpulsTANZ à Vienne, The School for New Dance Development à Amsterdam, l’Université des arts de Stockholm et le Studio 303 à Montréal. Eroca a cofondé-e le Love-In de la communauté de danse de Toronto et a été Chalmers Research Fellow (2014,15), enquêtant sur la mort, le rituel et la performance avec des guérisseur-euses et des facilitateur-trices autour du globe.

Depuis l’époque de la pandémie, iel réside à Tkarón:to/Toronto, parle de la mort et du deuil sur Internet (femmeditation, @therealerocanicols), s’engage profondément dans des négociations interpersonnelles autour de la vie quotidienne, du racisme, de l’antiracisme, et apprend à soulever des choses lourdes dans le garage d’un ami avec un petit noyau d’amoureux-reuses et d’ami-es.